Terres d'airain

Publié le par Michel M. Vital-Aêt

Le poême que nous publions aujourd'hui constitue sans doute l'un des plus émouvants et remarquables témoignages écrits par Paul-Nassim Vital-Aêt, à propos de sa vie à El-Aïet, dans le domaine fondé par son père dans la région de Ksar-El-khébir, au Maroc.( voir pour plus d'informations sur la généalogie de cette famille singulière l'aricle mis en ligne le 19 décémbre 2005 intitulé " Voyage dans l'espace et le temps avec les Vital-Aêt..."  )
Les écrits du fils du fondateur de la lignée sont rares : quelques lettres à ses proches, quelques poêmes aussi, ainsi qu'un précieux recueil de mémoires manuscrites laissé à ses enfants, tous aujourd'hui conservés, soit dans la famille, soit dans la bibliothèque municipale de Ksar, ville dans laquelle les Vital-Aêt ont laissé un souvenir encore vivant parmi les plus anciens, entretenu de surcroît par quelques érudits, passionnés d'histoire locale.
Le petit texte que l'on va découvrir ici, très court, est un poême d'une saisissante modernité, bien qu'il ait été écrit par son auteur en 1922.
À le lire, on semble comprendre que le vieil homme connaissait sur son domaine où il mourut quelques années plus tard, en 1928, de longues journées de tristesse et d'ennui, loin de ses enfants qui l'avaient quitté pour Casablanca, Paris, et Buenos-Aires.
Entouré de ses domestiques, pour lesquels il nourrissait des sentiments proches de l'affection bien que pudiquement contenus, près de ses chers chevaux, auxquels il vouait une passion rare, dans cette grande et sobre maison qui s'élève toujours au lieudit El-AÏet, bien que partiellement ruinée, haute de ses murs ocres et fière de ponctuer encore la plaine de ses tourelles aux allures bysantines, il sentait le déclin l'atteindre et la solitude l'étreindre.
Qu'on en juge par ces vers sobres, poignants, qui défient le temps et laissent de Paul-Nassim Vital-Aêt, une trace émouvante et belle.
Ils sont datés du 13 avril 1922 :

Terres d'airain

Cieux sans oripeaux
Vents sans grain
Visages sans pleurs
limpidité des heures
Elasticité des chemins
Posés sur le coteau
Visages sans heures
Limpidité des pleurs
Jalons des verts fuseaux
Esquisses au fusain
Visages sans pleurs
Limpidité des heures
Les terres sont d'airain
À l'ombre des chevaux.

P.N.VITAL-AÊT

Publié dans Littérature

Commenter cet article