Poème exhumé...

Publié le par Michel M. VITAL-AÊT

Il est devenu une habitude, sur ce blog, de publier, lorsqu'ils sont retrouvés, des poèmes de Wolfgang VITAL-AÊT ou de Paul-Nassim VITAL-AÊT.

Celui que nous mettons en ligne ci-après fait suite à un voyage à Nouadihbou effectué par Wolfgang VITAL-AÊT à la fin du XIXème siècle, au cours duquel, d'évidence, il eut une liaison.

Sa fraicheur, sa légèreté, l'érotisme et l'amour qui y transparaîssent ont gardé toute leur intensité malgré le temps. Qu'on en juge !

"
Tu es fine comme le sable des plages de Nouadhibou
Je voudrais être l'océan inlassable venant te caresser
Les soupirs des vagues s'y échouant sont mes regrets fous
De n'être à tes côtés
Tu es la pirogue glissant sur l'eau calme
Quand tu me parles et m'apaises
Tu es le feu d'un camp de brousse, chaleur et charme,
Qui me rend de braise
Tu es l'Afrique et l'Atlantique, Tanger et Fès
Tes quatre points cardinaux
Où qu'aille mon regard tu laisses
Tes empreintes sur le sable chaud
."

Publié dans Littérature

Commenter cet article