Wolfgang Vital, poète d'un jour...

Publié le par Michel M. Vital-Aêt

Dans les archives de Wolfgang VITAL qui ont pu être sauvées de la destruction et sont aujourd'hui conservées au Maroc, figure ce petit poème daté de 1886, le seul texte en vers qu'ait jamais écrit Wolfgang ( ou du moins qui ait été conservé ) :

" Soleil d'Empire,

Ne t'éblouire

Qu'avec des feux  prométhéens

En des déserts chérifiens,

Boulevards sablonneux

Que traverseraient des armées

Faites de capes et d'épées.

Soleil d'Empire,

Ne t'éblouire

Que si coques et mâtures

Mènent encor aux aventures !

Etonnant texte, qui a plus de cent ans et semble faire référence à l'Empire français alors rayonnant, à la puissance redoutée avec une emphase non sans charme.

Peu surprenant de la part de ce personnage étrange et fascinant, mélange sulfureux d'universitaire allemand et de tangérois d'adoption, au parcours erratique, fantasque, étonnant, aventureux et somme toute, épatant. *

Une biographie de Wolfgang VITAL reste à écrire, les éléments biographiques présentés sur ce site étant évidemment trop succincts.

 *  Lire à son sujet l'article intitulé " Voyage dans l'espace et le temps avec les Vital-Aêt" publié le 19 décembre 2005 sur ce blog : cliquer sous la rubrique "articles récents" sur le lien " liste complète" pour y trouver cet article.

Publié dans Littérature

Commenter cet article