LE BISTROT DU PALAIS BOURBON, LA NOUVELLE ADRESSE CULINAIRE DE LA RUE DE BOURGOGNE, A PARIS

Publié le par Michel M. VITAL-AÊT

Il faut aller au " BISTROT DU PALAIS BOURBON " ! Ce restaurant a pris la suite,  le 16 février 2011, de tables italiennes abonnées au succès (beaucoup de gastronomes se souviendront d’Il Viaggio et de son réputé risotto aux truffes) puis d'un bistrot très Sud-ouest, et propose désormais  une gastronomie traditionnelle française.


C’est dire si la réputation de l'adresse n'est pas aisée à perpétuer, compte-tenu, de surcroît, du prestige de la rue et d'un voisinage gastronomique où scintillent déjà quelques étoiles et d'un quartier à la clientèle évidemment exigeante. Il faut de l’ambition et de la ténacité au chef de cuisine pour tenir son rang dans un tel environnement.


Mais, justement, la présence d'un chef de talent et d'une bonne cuisine, permettent ici de relever le défi ! Et c'est d’autant plus réalisable lorsque le lieu a une âme et que les plats donnent dans le style "Palais Bourbon", c’est-à-dire celui d’une cuisine classique appréciée des parlementaires qui fréquentent l’établissement !

 

A la poêle, la chef Corinne Kouakou qui a fait ses classes  Chez Clément à la Bastille puis a tenu les fourneaux du restaurant Les Ministères nous offre une belle salade de lentilles et écrevisses, bien qu’un peu copieuse pour une entrée, le duo de farcis du Palais, le foie gras maison (excellent), la crème de choux fleur, les filets de harengs, les gambas poêlées « à la sauce d'Edelle », faite de saveurs antillaises toutes droit venues de son île natale, la Guadeloupe, les filets de rougets au piment d'Espelette, la souris d'agneau braisée aux abricots fondants, qui est une spécialité de la maison, un colombo de porc authentique,  un rognon de veau entier à la moutarde à l'ancienne,  ou encore l'entrecôte à la plancha.

Au dessert, la panna cotta aux fruits rouges, une renversée de caramel « telle quelle » ou la tarte fine aux pommes caramélisée maison donnent une touche agréable aux fins de repas.

La carte des vins reste d’évidence un  peu insuffisante et traduit quelques manques, qui gagneraient à être comblés.

 
La décoration, caractéristique d’un restaurant parisien de quartier à laquelle la clientèle étrangère, très présente dans le quartier est sensible, ainsi que  la formule du jour à prix attractif (16 €) constituent des atouts pour ce restaurant dans lequel il est préférable de réserver, le midi. On y croise d’anciens ministres, de nombreux députés, des membres de l’Académie Française venus peut-être trouver là les mânes d’Edgar FAURE, qui fréquenta en voisin l’établissement, dans les années 80.


(Menu à 31 € ; à la carte compter environ de 25 à 50 €. Service de 12h à 14h30 et de 19h30 jusqu'à 22h30. Fermé les samedis et dimanches. Tél. 01 45 55 80 75)

 

 

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article