Toi, père lointain

Publié le par Louis-A. VITAL-AÊT

 

Vous avez été très nombreux à lire « Les orangers de Dar Baouza », écrit par Louis A. VITAL-AÊT, dont la qualité d’écriture a beaucoup fait pour la fréquentation de ce site durant cette semaine.

Sur la même thématique, on trouvera ci-dessous un poème rédigé par le même auteur, père du fondateur de ce Weblog, écrit en parallèle avec le récit publié ici ces jours derniers. Il s’inscrit dans la lignée des poèmes écrits il y a près d’un siècle par son aïeul Paul-Nassim, dont le talent littéraire a été reconnu en son temps par la « bonne société » tangéroise, au sein de laquelle il fit sa vie durant figure d’homme cultivé, sensible et fantasque.

 

 

Toi, père lointain

 

Dar Baouza : son sol meuble au toucher de velours,

Quand les pieds le foulent dans ta marche,

Sous les orangers formant arche,

Ce soir porte ton sommeil lourd.

Diaphane, ta silhouette se voit-elle encore,

Belle ombre errante parmi les fleurs exquises,

Depuis la terrasse où, surprise,

Se devinait ce corps à corps

Entre une terre,  pour toi mer et mère,

Pour toi prête à t’ensevelir,

Pour toi humus, tombeau, navire,

Nourricière, meurtrière, repère,

Et un homme tant aimé,  Toi, père lointain ?

Lointain comme des jardins d’agrumes,

Que l’enfant soudainement exhume

Des souvenirs de jours heureux, des souvenirs de jours sans fin.

 

Louis A. VITAL-AÊT

Mars 2009, Gironville

Publié dans Littérature

Commenter cet article

myriam 05/04/2010 07:54



Très bien écrit, renvoie à la douce époque du maghreb authentique!!!



Yves-Marie 02/04/2010 22:08



En lisant le poème de Louis-A Vital-Aêt, je ne peux m'empêcher de faire le lien avec cette citation de Marcel Proust lue dans "La Croix" ces jours-ci : " Le souvenir d'une
certaine image n'est que le regret d'un certain instant; et les maisons; les routes; les avenues sont fugitives, hélas, comme les années." Votre blog est vraiment passionnant :
surtout continuez, et essayez de faire participer d'autres Vital-Aêt. S'ils sont tous comme ceux d'entrre eux qui écrivent sur votre blog, alors là, je serais bluffé !



Paul Desmès 02/04/2010 21:41



Votre site est une mine de trésors littéraires. Je vous envie



Salima 02/04/2010 21:38



Quel émouvant message d'amour à un père : c'est magnifique et me fait penser au mien, qui repose en Kabylie, depuis 4 ans déjà



Raymond Dulchy 02/04/2010 21:35



Magnifique ! Les poêmes de Paul-Nassim VITAL-AÊT, notamment "Terre d'airain" que vous aviez publié il y a deux ans sur votre site étaient déjà de très beaux textes. Le petit-fils n'a rien à
envier à son grand-père.